Château des Tours ou villa Sainte Ursule, puis Parc Vallombrosa

Conçu en 1852 par l'architecte Thomas Smith et réalisé par Odadhia Pulhan, à l'instigation de sir Thomas Robinson Woolfield, l’édifice néo-gothique construit en grès rose, a des dimensions impressionnantes. Achevé en 1856, le Château des Tours ou Castel Sainte Ursule, est destiné à  lord Londesborough, homme politique et diplomate britannique. Le lord en prend possession et y séjourne pendant trois années. Il agrandit le  jardin aménagé par John Taylor, puis cède la propriété à son neveu, le marquis de Conyngham, qui le vend à son tour en 1861 à Richard Manca, duc de Vallombrosa. Sir Thomas Woolfield est le mandataire de la transaction.  Le nouveau propriétaire, réaménage le hall, ajoute une chapelle voûtée d'ogives, agrandit et enrichit le parc. Dressé sur les rochers du vallon du Riou, l'édifice comprend deux niveaux cantonné de tours hérissées de poivrières et de mâchicoulis. Prosper Mérimée écrit alors :  un très vilain château bâti par des Anglais, c’est-à-dire dans un style d'architecture très pénible à regarder, tandis que d'autres parlent, d'enchantement suprême. Le parc, est unique en son genre par sa composition et la diversité des espèces végétales qui font l'admiration de tous. Le duc et son épouse, née de Perusse des Cars, ont une vie mondaine et contribuent très largement à la prospérité de Cannes.  Leur nom reste associé à de nombreuses œuvres charitables, à des cercles ou clubs. Après la mort de la duchesse en 1886, le duc retiré à Paris, ne revient plus à Cannes.

 En 1890, l'hôtelier allemand Martin Ellmer, déjà propriétaire à Cannes de l'hôtel du Pavillon, se rend acquéreur du domaine et confit la transformation du château en hôtel de luxe, à l'architecte Laurent Vianay.  Ce dernier agrandit considérablement l'édifice, le surélève sur quatre niveaux sur les deux niveaux de grande hauteur existants,   fait installer des ascenseurs, couvre le poche d'entrée d'une marquise spectaculaire. Une partie du jardin est vendue pour financer les travaux. L'hôtel du Parc ouvre ses portes en 1893, puis ferme pendant la guerre de 1914. Il est ensuite exploité jusqu’en 1934. En 1937, il est vendu à Armand Haour, promoteur, qui le fait diviser en appartements. Réquisitionné par les Allemands, il devient  Résidence Parc Vallombrosa après la guerre. Aucune modification notable n'a affecté le bâtiment, qui demeure, à l'extérieur, comme à l'intérieur dans les parties communes, un des meilleurs exemples de l’architecture éclectique et néo-gothique. Il est aujourd’hui classé à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

CONTACT


Une architecture spectaculaire de tradition anglaise.